I see humans, but not humanity.

Explore Tagged Posts
Last Seen Blogs
Statistics

We looked inside some of the posts by alwaysandforevertogether and here's what we found interesting.

Inside last 20 posts
Time between posts
4 days
Number of posts by type
Photo
0
Video
0
Audio
0
Text
11
Chat
0
Answer
0
Link
0
Quote
9
Fun Fact

Tumblr receives over 17 Billion pages views a month.

il y a tant de beauté à voir les gens pleurer
c’est l’amour, la tendresse extériorisée
dans chaque larme, une goutte de passion
quelle que soit la cause, qu’importe la raison

de la peine d’un adieu à la haine trop refoulée
de la séparation, à la joie de se retrouver
face à la peur, le doute, l’injustice
dans la solitude d’un voyage sans artifices

lorsque le retour en arrière est impossible
il y a cette eau salée qui laisse place au possible
c’est un nettoyage en profondeur de notre être
un repos de l’âme, un oubli du paraître

les plus belles sont celles accumulées dans le cœur
qui soudain jaillissent, laissant apparaître une lueur
au départ d’une reconstruction, le début de l’espoir
et doucement à l’arrivée, un être qui se répare

0 notes · See All
alwaysandforevertogether·5 days agoText

face à mon impuissance

d’enlever ces larmes dans tes yeux

ces perles d’eau roulant sur tes joues

je voudrais te crier ma rage

témoin privilégié de ta douleur

cette peine t’écrase, elle te consume

elle efface l’essence si précieuse de ton être

je voudrais prendre ta place un instant

te laisser remonter à la surface

inspirer une longue bouffée d’air, enfin respirer un peu

jusqu’à ce que les profondeurs t’attirent encore à elles

ma chère apnéiste le cœur sur la main

ne laisse pas les abysses t’emporter en vain

le feu, l’air, la rage t’animent

et ces poches sous tes yeux les étouffent

mon amie il te reste encore cette énergie

en suffisance pour rejoindre la rive

reste entre tes mains le pouvoir de choisir

1 notes · See All
alwaysandforevertogether·19 days agoQuote
Quand j’ai serré l’automne dans mes bras

Les extrêmes m’ont toujours fait peur.

La nuance, la subtilité, l’objectivité, le discernement, la prise de recul. Toutes ces choses semblent disparaître aujourd’hui, laissant la sensation qu’il faille avoir un avis tranché sur tout et rapidement.

Mais, faire la part des choses demande de la lenteur, de prendre le temps, de fouiller, s’informer, réfléchir, laisser mijoter, écrire, effacer. C’est aussi en osant poser ces subtilités et ces nuances dans les conversations que l’on affirme qu’il est ok de ne pas être sûr. C’est en revenant sur nos a priori, en avouant nos raccourcis, nos idées toutes faites et en questionnant sans cesse ceux qui prétendent avoir raison.

Ce n’est pas tout noir ou tout blanc.

Il est tellement facile, c’est plus simple de se dire que les choses sont de telle ou telle manière, les choix sont limités, deux camps s’opposent et l’on choisit celui qui se rapproche le plus de nos valeurs mais parfois dans ce même camp, beaucoup de choses nous chiffonnent. Voilà pourquoi il est important de faire un pas en arrière et se dire «  il y a des choses que je soutiens dans ces deux idées qui s’opposent mais aussi des choses que je ne soutiens pas. Alors pourquoi devrais-je choisir ? Qu’est-ce qui m’y oblige ? Y suis-je même obligée ? »

Les extrêmes ne font qu’agrandir l’écart qui les sépare, laissant chacun dans ses positions et éloignant les possibilités de discussions, jusqu’à ce qu’elles ne soient plus envisageables du tout.

Les conflits sont la conséquence des extrêmes,
et nous en avons conscience, c’est bien ça le problème.

Oser tendre la main, laisser de côté un temps cette fierté ou cet orgueil de « non je ne ferais pas le premier pas vers l’autre » montrant une soi-disant faiblesse. Pourtant je crois que cela représente une force et un courage démentiel que de regarder son apparent opposé et lui proposé une pause dans ce no man’s land de l’échange.


“Le vrai centre ne peut jamais être l'exact milieu entre deux extrêmes, car les pôles sont toujours instables, toujours changeants, le vrai centre est au-dessus.” - Michael O'Brien

11 notes · See All
alwaysandforevertogether·a month agoQuote
pensées d’un abandon à l’été
Que suis-je supposée dire ou ne pas dire, faire ou ne pas faire, comment agir, savoir si c'est le bon moment, comment s'approcher, se rapprocher, s'éloigner, quand partir, rester, revenir ou abandonner, comment savoir si cela en vaut la peine, si c'est perdu d'avance, comment ne pas blesser, trouver les mots, réconforter, quand faut-il ne rien dire, tout avouer, ne rien laisser transparaître, lâcher-prise, garder les pieds sur Terre, laisser tomber les masques, comment ?
1 notes · See All
alwaysandforevertogether·2 months agoText

Je crois de moins en moins à la notion ou au concept de don, de génie. Cependant je crois fermement à la passion, la volonté et la motivation comme moteur d’un apprentissage efficace menant à des réalisations grandioses.

Le don n’existe pas.

Certes, chacun possède sa sensibilité propre, variant avec nos goûts, quand bien même nous l’avons tous, elle est parfois bien enfouie au fond de nous car peu nourrie, elle s’entretient et se développe.

« Oh mais cette personne a un don, c’est sûr ! » Nous ne voyons pourtant que ce qu’elle projette, expire, expose, mais les coulisses existent, invisibles, bien cachées derrière les rideaux de la démonstration. Combien d’heures d’entraînement, d’acharnement, combien de moments de travail intense, de réflexion, de recherches, combien d’erreurs, de « c’est bon, j’arrête tout », combien de fois l’envie de tout envoyer balader ? En tant que spectateur.trice.s des finalités de ce « don », nous ne savons rien de ce qu’il en est réellement, du chemin parcouru. Et bien souvent, les personnes que nous considérons comme possédant un don ne le ressentent pas de cette manière, ne se sentent pas à l'aise avec ce terme.

Le don est une excuse, développant une fatalité.

« Mais moi je ne peux pas faire ça, je n’ai pas de don », pourtant qui n’a pas déjà rêvé d’écrire un livre, de dessiner, de peindre, de jardiner, d’inventer des histoires, de jouer de la musique, de changer de voie… Le désir est réel, il est bien là, la rêverie est puissante, mais la petite voix nous dit « je n’ai pas de don moi » alors rien ne se réalise.

Combien de personnes ont pu voir, voient et verrons des envies inassouvies, des passions laissées de côté, des projets inachevés ? Parce que nous croyons que si cela ne fonctionne pas quelques fois, si nous échouons à plusieurs reprises alors nous ne sommes pas à la hauteur. Nous n’avons pas reçu cette poudre magique du don répandue au-dessus de notre berceau, « à quoi bon tenter, je ne suis pas doué.e, doté.e, je le sais ». Laissons parler la motivation, et essayons. Éloignons-nous de ces soi-disant déterminismes que nous nous imposons à nous-même.

Rendons-nous compte que le don dont nous parlons tant n’est rien d’autre qu’un cadeau que l’on se fait à soi-même, un réel don pour sa vie, son bien-être, résultat d’un acharnement volontaire et choisi. Il n’en tient qu’à nous et nous seul.e.s de prioriser nos choix, de prendre le temps et de l’investir dans la création, dans ce qui nous attire, nous fait vibrer.

« Le génie ne fait rien que d'apprendre d'abord à poser des pierres, ensuite à bâtir, que de chercher toujours des matériaux et de travailler toujours à y mettre la forme. Toute activité de l'homme est compliquée à miracle, non pas seulement celle du génie mais aucune n'est un « miracle ». » - Nietzsche, Humain trop humain (1878)

0 notes · See All
alwaysandforevertogether·2 months agoText

Et dans cette lutte contre mon être

Je m’épuise à vouloir être

Un fantôme parmi les fantômes

Transparente, vide de sens

Cherchant toujours à ressembler

Aux esprits qui rassemblés

Ne forment qu’une masse

Lourde, enfermée, immobile

Mais moi

La liberté

La liberté m’appelle

Plus que tout

Au-delà des immeubles

Par delà l’horizon

Elle m’attend

J’arrive.

pensées d’un abandon à l’été

2 notes · See All
alwaysandforevertogether·2 months agoQuote
pensées d’un abandon à l’été
Il est de ces moments où les planètes semblent s'aligner, où les parties égarées de mon être se rassemblent enfin pour animer et donner de la consistance à ce corps.
L'air, le feu, l'eau et la terre se rejoignent et forment la matière de l'âme. Tout fait sens. Là et maintenant, tout semble être à la bonne place, au bon moment.
Des signes, des appels sur la route sont évidents à suivre et alors je me dis “oui c'était un signe, c'était un appel”, fluidité, limpidité des mouvements et des choix.
L'avant et l'après ne sont plus, reste le maintenant me tendant ses bras. Évidence, simplicité, justesse, équilibre parfait.
Rien de plus, rien de moins, un instant d'éveil pur, d'émerveillement, d'harmonie, de douce rêverie ancrée dans la réalité.
0 notes · See All
alwaysandforevertogether·2 months agoQuote
je me heurtais à la vie
Comme à chaque fois je me contentais de ma présence seule pour me combler, depuis toujours je criais au monde cette solitude, je hurlais mon besoin de lui appartenir. Mais lorsque le monde venait à moi, volubile, bruyant, sauvage, imprévisible, je me repliais dans ma coquille de chair. Ces quatre murs étaient témoins de ma joie, mon désarroi, ma peine, mon excitation, ma peur, j’étais à nue dans cette pièce, rien ne m’atteignait, rien ne perturbait cette folie intérieure, rien ne me faisait perdre la confiance que j’avais en moi.
Une fois la porte franchie, j’étais comme fragilisée, vulnérable, ma peau captait tous les regards, toutes les sensations, toutes les odeurs, tous les mots ainsi que les sens cachés derrière ceux-ci. Je me heurtais à la vie, «la vie réelle», je souffrais d’un rien qui touchait mon coeur d’artichaut, ma confiance s’était dispersée et je tentais tant bien que mal de recoller tous ses morceaux. Le contact humain me faisait peur, me terrorisait, j’essayais en vain, de le fuir tant bien que mal mais il revenait à moi, inévitablement.
3 notes · See All
alwaysandforevertogether·2 months agoText

Je ne suis probablement pas munie des mêmes émetteurs et récepteurs que les autres. Tantôt dans l’excès, tantôt dans la retenue, je ne sais pas doser mes paroles et mes attentions. Existerait-il dans ce monde, un manuel des relations que l’on aurait oublié de me donner à la naissance ? Comment se comporter ? Que dire ? À quels moments ? Connaître l’attitude appropriée, choisir les mots adaptés, avoir une répartie juste, sentir lorsque l’on est sur la même longueur d’onde, savoir lire les signes cachés. Alors je me retrouve encore seule face à moi-même, me rejetant la faute en ne sachant plus très bien si cela vaut la peine d’enclencher une nouvelle relation amicale ou autre mais en sentant terriblement l’envie de rencontrer l’autre dans son soi le plus authentique, sans fioritures.

8 notes · See All
alwaysandforevertogether·2 months agoQuote
construction multiple

En ces quelques vers mon âme souhaite conter
Ses tourments
Ses peines
Ses émois
Afin qu’elle ne puisse enfin plus ressasser
Les douloureux souvenirs du passé
Elle me sembla toujours étrangère
Avant moi elle errait sur Terre
Mon corps s’est épris d’elle
Lui coupant les ailes
Et la danse débuta
Insatiable, je me fatigua
Cognant dans chaque partie de mon être nu
Sortir à tout prix qu’importe les déconvenues


Dans le froid de l’hiver et son manteau gelé
Dans les soleils d’hier maintenant écourtés
Dans la lumière rare et superficielle
Dans ces immeubles, dans les gares murmurent ces appels.

2 notes · See All
alwaysandforevertogether·3 months agoQuote
construction multiple
Le prochain voyage peut attendre. Le voyage intérieur du retour est souvent long, souvent difficile, aussi riche mais inévitable et transitoire. Alors, lorsque celui-ci se terminera, la destination suivante ne sera que plus appréciée. Le voyage débute lorsque l’esprit y songe déjà, et ne termine que lorsqu’il n’y songe déjà plus.
1 notes · See All
Next Page