Visit Blog

Explore Tumblr blogs with no restrictions, modern design and the best experience.

Fun Fact

The majority of Tumblr users, 36%, are aged 18-34, a coveted market for most companies.

Trending Blogs
#enseignement

✨ Mentale 7 : L'Air


Il circule, ne s'attrape pas mais se ressent comme une douceur sur le corps ou un tourbillon de force.


L'air est l'élément même de la mana et correspond a ce circuit du corps : la respiration en est la clef.


L'inspiration porte son nom et l'imagé en découle comme le message de l'air, acte de transformation avant l'expiration, comme message de l'expression.


Le type air est une clef essentielle de la créativité et de l'expression de soi.


✨ Comment le travailler ?


Travailler l'air dans une préparation mentale est principalement un travail de respiration dans les lieux clos.


Il est également un travail de ressenti dans des lieux extérieur. Sentir le vent sur la peau et trouver sa circulation, entendre le bruit des feuilles et leur localisation.


Savoir voir le vent dans un arbre en étudiant quelle partie est en mouvement.


Toutes ces données permettent de trouver des clefs d'inspiration et d'expression et permettent au corps de retrouver une structure qui respire en éloignant les crispations.

image
1 notes · See All

✨ Mentale 4 : Pulsation Identitaire


Au centre de soi, tout au coeur de l'être se situe une forme vivante et vibrante riche de toute l'identité du vivant. Cette vibration, ou pulsation identitaire nous indique la véracité de ce que nous sommes au delà du temps qui s'écoule.


Hors de l'éducation, dans le berceau d'une vérité intérieur se situe ce que nous pouvons ressentir dans l'état de silence total, avec une écoute profonde.


Cette pulsation, se découvre comme le support de nos pensées et de nos actes, nous informe du principe premier qui nous anime.


✨ Pourquoi la rencontrer ?


Renouer avec cette pulsation identitaire, c'est comprendre à nouveau ce qui nous anime pour retrouver l'essentiel de notre être.


Quitter le superflu, devenir soi, trouver “la Liane” du vivant : c'est apercevoir et discuter avec la vibration primaire de notre individu.


Comparable à l'enfant intérieur, cette énergie ne ment pas, elle est vierge de tout mensonge et n'est transformable qu'au prix d'actes très complexes.


Si vous êtes intéressés de reconnecter à vous même, contactez moi je me ferais un plaisir de vous guider au fond de l'identité.

image
0 notes · See All

✨Mentale 3 : Lumière Interne


Fermer les yeux, c'est se plonger dans l'obscurité. Pour beaucoup, tout s'efface : oreille interne chamboulée, pensées vagabondes, horreur du silence.


Pourtant, c'est aussi dans cet état que nous pouvons au mieux reconnaître l'équilibre, la vertu d'une pensée juste et les sonorités discrètes.


La lumière interne, c'est cet amas d'étincelles qui se montre dans l'obscurité des yeux clos. C'est cette concentration unique sur l'espace nous permettant de mesurer les distances et de focaliser un équilibre parfait.


✨Comment faire ?


Lorsque l'on ferme les yeux, notre habitude nous affiche un spectacle sombre, mais si nous observons attentivement l'obscurité, ce sont des étincelles et des amas lumineux qui se montrent dans cet espace.


Prendre conscience de ces lumières, c'est reconnecter avec son aura jusqu'à percevoir son corps tout entier dans une reproduction mentale.


La pensée est image au delà du mot, le mental est un corps entier au delà du cerveau.


L'étymologie du mot âme et esprit revient à un même corps, les deux mots ayant été séparés dans leurs définitions pour donner un esprit à la pensée et une âme au corps. Ces deux substances pouvant être révisées comme appartenant à une même composante à un instant donné : la “substance astrale”, “mana”, “énergie”, “aura”.

image
0 notes · See All

À 63 ans, je fais sans doute partie de la dernière génération à avoir bénéficié de cours d’instruction civique. À cette époque j’étais élève interne à la NAT, à Voiron, une petite ville de l’Isère. Pas au lycée, non, au CET ! avec les manuels, parmi ceux que l’on prenait et que l’on prend toujours pour des cons, même si un peu moins ces derniers temps avec le chômage. J’étais en section électricité, le haut de gamme des bourrins en quelque sorte.

Je me souviens bien de cette prof, elle devait toucher ses quarante ans. Une petite brune aux cheveux courts. Sévère. Elle tenait et intéressait sa classe.

Elle nous enseignait l’histoire, la géographie, le français, l’instruction civique.

De la Seconde Guerre mondiale, elle nous a parlé souvent, en histoire comme en instruction civique. Elle nous a bien mis en garde, l’histoire se répète parfois et la liberté a de nombreux ennemis.

Avec elle, nous avons visité le Musée de la résistance à Voiron. Près de cinquante années se sont écoulées depuis et je me souviens, je me souviendrais toujours…

Elle nous a expliqué que durant la Seconde Guerre mondiale, il y avait la Résistance, les attentistes et les collaborateurs. Elle nous a également fait connaître le comportement des forces de l’ordre de cette époque qui du haut de leur légalité se livraient à des actions pas très jolies à l’encontre de citoyens qui s’opposaient et même qui ne s’opposaient pas, comme ça, pour rien, une attitude, un regard, un mot de travers.

Notre génération a bénéficié d’un programme d’enseignement de qualité, nous sommes ainsi peut-être mieux armés pour anticiper ce qui peut très vite déraper… Nous avons aussi eu la chance d’avoir une télévision qui transmettait le savoir.

Aujourd’hui, tout cela est bien loin. Télé poubelle et histoire de France réduite à la portion congrue.

Cette professeure doit en cette sale période où nos libertés sont bafouées et piétinées, surgir dans les souvenirs de nombre de ses élèves…

11 notes · See All

Lundi 31 août, Julien Denormandie est au lycée agricole et horticole de Saint-Germain-en-Laye, dans les Yvelines, à l'occasion de la prérentrée des enseignants.                    

Après avoir visité les différents espaces de l'établissement (serres, salles de classe, atelier de rempotage, réfectoire, internat…) afin d'apprécier les dispositions sanitaires en vigueur, Julien Denormandie a longuement échangé avec la communauté éducative du lycée.

Xavier Remongin/agriculture.gouv.fr

minagri-julien-denormandie
minagri-julien-denormandie
minagri-julien-denormandie
minagri-julien-denormandie
minagri-julien-denormandie
minagri-julien-denormandie
minagri-julien-denormandie
minagri-julien-denormandie
minagri-julien-denormandie
0 notes · See All

Jesus - Bouddha ?

Nous avons là deux personnalités assez opposées, contrairement à ce qu’on prétend de-ci de-là à longueur de temps : tout le monde se réclame de la vertu bien sûr (et si on jugeait les gens aux valeurs dont ils se réclament on serait vraiment dans le meilleur des mondes…) et l’un comme l’autre évidemment prétendent l’enseigner (cependant je ne crois pas qu’il s’agisse du même enseignement (*) malgré certaines apparences mais c’est un autre sujet, je peux dire ici en tous cas que ce qu’enseigne Jesus est à double tranchant, ambivalent). Ce qui saute aux yeux en tous cas c’est que l’un, se prenant pour Dieu, se donne le droit d’être menaçant et violent au nom de son enseignement (ambivalent et tordu), « convainc » et impressionne la galerie par cela même (ainsi que par ses soi-disant « miracles »), alors que c’est le degré d’accomplissement de l’autre qui au contraire impressionne, et lui donne l’autorité pour enseigner. Nous avons là deux modèles radicalement différents, même s’il ne faut s’en remettre qu’à soi-même et à sa propre expérience de la vie pour juger de ce qui est bon ou mauvais (et non pas « bien » et « mal », notions que nous ne rejetons pas mais aux effets paradoxaux, ce n’est donc pas si simple…), au final, comme l’enseigne…Bouddha (**) !

(*) En effet l’enseignement du narcissique Jesus est d’autant plus grandiloquent qu’il est trompeur et de mauvaise foi, et le fait d’une personnalité abusive et hypocrite (le « Diable » en déguisements diront certains) !

(**) Bouddha qui est bien sûr criticable aussi sûr de nombreux points, ne serait-ce que pour des raisons de mœurs et d’époque… mais chacun se fera sa propre opinion et saura naviguer par lui-même « comme un grand »… ce qu’enseigne Bouddha qui ne se voit pas comme l’objet d’une vénération (pauvres et stupides « bouddhistes », si souvent !) mais comme un transmetteur.

1 notes · See All

Bon je vais le dire ici parce que je sais pas où le faire et j’ai besoin de le sortir 

Je suis privilégiée, ok ? Je suis tranquille chez moi à bosser dans ma (grande) maison seule avec mon mari avec qui on est sur la même longueur d’onde 90% du temps, il est même beaucoup moins stressé et chiant que d’habitude parce que le télétravail lui permet de bosser tranquille comme il veut sans voir ses connards de collègues, bref. 

Donc je vais chouiner mais voilà. Je sais tout ça. Je sais que je peux pas trop l’ouvrir. 

Pourtant ça va pas. Et c’est toujours le même problème. 

Donc je suis prof. “J’assure la continuité pédagogique” sauf qu’en fait j’ai vraiment l’impression de rien assurer. Je suis prof de SVT, qui pour moi est une matière vitale, mais pour les élèves et ce qu’on leur demande, ne l’est pas. Donc déjà j’ai décidé de ne pas les surcharger de travail ; une activité par semaine, en fait un peu comme on le ferait en cours. … sans le cours. Ca prend entre 30min et 1h, rien de bien méchant, ça occupe, et c’est pas non plus à empéter sur le français ou les maths. 

Mais voilà, je vois tout le monde qui passe un temps fou à bosser. Et si vous me suivez depuis longtemps vous savez ce qui va arriver ensuite. 

Il est 9h. J’ai déjà de prêt toutes mes activités du jour, et dans à peu près 30min en glandant par ici et sur le net j’aurais déjà tout envoyé. 

Je sais pas. J’ai l’impression de rien foutre. Non, je fous rien, c’est clair. Est-ce que c’est moi qui bosse vite ? C’était déjà le cas en thèse. C’est toujours le cas tout le temps. Bien sûr je continue à me dire que ça vient de moi que je fous rien. Je suis une grosse faignasse, ça y’a pas à chier. Je déteste bosser. Mais peut être que ça me fait bosser plus vite ? J’ai quand même eu mon doctorat avec les félicitations du jury ? J’essaie de m’accrocher à ça mais ça ne vaut absolument rien. Les Bogdanov aussi ont une thèse hein donc le voilà ton diplome de merde vide de sens. Ca veut pas dire que t’es capable de quoi que ce soit à part entuber les gens. 

J’en sais rien. Tout ce que je vois c’est tous ces gens qui bossent comme des malades et moi comme une fleur qui pond un PDF d’activité en 1h sachant que j’ai bien pris mon temps. Et que je vais pouvoir le réutiliser au moins pour 2 voire 3 ou 4 classes. 

Je vois les autres profs faire des trucs de ouf pour leurs classes, mais déjà que moi je n’ai aucune formation et je galère toujours à faire des cours puisque je n’ai AUCUNE idée de ce que je dois enseigner à part 3 lignes dans le BO écrites avec un vocabulaire que je ne connais pas encore, je n’ai pas de matière, et je n’ai pas non plus été formée aux outils… je ne comprends pas ce qu’ils font. Je ne comprends pas ce qu’il me manque. Et ça me fout la mort, ça me stresse, je suis pas du tout à la hauteur. Personne n’a vu mes cours, personne ne m’a vue en cours. 

Pour l’instant je leur fait des activités de base, les même que celles qu’on ferait en cours, en plus détaillées pour qu’ils soient guidés sans avoir besoin de m’envoyer 45 mails à la minute, en PDF, pour qu’ils puissent les télécharger et ensuite les faire hors ligne, même sur leur téléphone s’il le faut. Pas de cours virtuel (à quoi bon ? si y’en a que 4 qui se connectent? c’est dégueulasse pour les autres) et pas de logiciels de malade dont je ne sais pas me servir pour faire des trucs que je trouve cons à souhait. ENT, vidéos youtube, animations, et ça suffit pour le moment. 

Je vais pas leur demander de disséquer une sardine dans leur cuisine, merde. Ni d’utiliser des “produits de la vie de tous les jours” pour faire des expériences alors que c’est la galère d’aller faire les courses !!! N’importe quoi !!! 

Je ne connais même pas mes élèves ! J’ai pris mon poste le JOUR du début du confinement… du coup j’ai beau prendre contact avec eux, je n’ai que très peu de réponses. 

Et du coup voilà. 

J’ai déjà tout de prêt pour la semaine, et je stresse, je suis pas bien, je culpabilise, je suis une prof de merde, je ne leur en demande pas assez, mais on nous dit que c’est trop, je n’encadre pas, je suis une sale faignasse. 

Lundi 9h mon boulot est prêt et j’ai juste envie de chialer en me tapant la tête contre les murs. J’en peux plus d’être comme ça. Je voudrais juste bosser comme les autres. Savoir comment on fait. Savoir si mes cours sont à CHIER ou qu’ils sont potable (je suis prof que depuis septembre, je demande pas à être parfaite de suite. Juste que ce que je fais ne soit pas pire que de ne pas avoir de prof. Voilà mon ambition. Et j’ai même pas l’impression d’y arriver). 

Je sais que c’est horrible de chouiner pour ça. Mais j’ai tellement l’impression d’être une sous merde et de ne rien faire comme il faut, tellement l’impression que cette incapacité à faire pareil va plomber mes élèves, je suis juste nulle et je sais pas comment faire pour m’améliorer. 

9 notes · See All
1 notes · See All

En Inde, on enseigne les “quatre lois de la spiritualité”

- La première dit : “ la personne qui arrive est la bonne personne ”, c'est-à-dire que personne n'arrive dans nos vies par hasard, toutes les personnes qui nous entourent, qui interagissent avec nous, sont là pour quelque chose, pour nous faire apprendre et avancer sur Chaque situation.

- La deuxième loi dit : “ ce qui se passe est la seule chose qui aurait pu se produire ”. Rien, mais rien, absolument rien de ce qui nous arrive dans nos vies aurait pu être autrement. Pas même le détail le plus insignifiant. Il n'y a pas de : “ si j'avais fait une telle chose se serait passé une telle autre…”. non. Ce qui s'est passé était la seule chose qui aurait pu arriver, et ça a dû être comme ça pour que nous apprenons cette leçon et continuons. Toutes et chacune des situations qui nous arrivent dans nos vies sont parfaites, même si notre esprit et notre ego résistent et ne veulent pas l'accepter.

- La troisième dit : “ à tout moment qui commence, c’ est le bon moment ”. Tout commence au moment indiqué, ni avant, ni après. Quand nous sommes prêts pour que quelque chose de nouveau commence dans nos vies, c'est là que ça commencera.

- Et la quatrième et dernière : “ quand quelque chose se termine, ça se termine ”. Tout simplement comme ça. Si quelque chose s'est terminé dans nos vies, c'est pour notre évolution, donc il vaut mieux le laisser, aller de l'avant et avancer déjà enrichi avec cette expérience.

Je pense que ce n'est pas un hasard que vous lisiez ça, si ce texte est arrivé dans nos vies aujourd'hui ; c'est parce que nous sommes prêts à comprendre qu'aucune goutte de pluie ne tombe jamais au mauvais endroit “.

” Il arrive un moment dans ta vie, quand tu t'éloignes de tout le drame et des gens qui le croient, tu t'entoures de gens qui te font rire.

Tu oublies le mal et tu te concentres sur le bon. Tu aimes des gens qui te traitent bien et tu pries pour ceux qui ne le font pas.

La vie est trop courte pour être autre chose que heureuse.

Tomber fait partie de la vie, se lever à nouveau, c'est vivre.“

Auteur Inconnu

Humain page Facebook

85 notes · See All

Quand j’oublie pourquoi je veux devenir professeur (level lycée probablement), je me rappelle de cette phrase de Louise Michel (que j’apprécie énormément) :

“La tâche des instituteurs, ces obscurs soldats de la civilisation, est de donner au peuple les moyens intellectuels de se révolter.”

8 notes · See All
Next Page