Visit Blog

Explore Tumblr blogs with no restrictions, modern design and the best experience.

Fun Fact

40% of users visit Tumblr between 1 and 30 times a month.

Trending Blogs
#louis althusser
louis althusser - ideoloji
her felsefe kendi karşıtını içinde barındırır, bu nedenle idealizmin içinde materyalizm kol gezer, tıpkı materyalizmin içinde idealizmin kol gezdiği gibi; zira her felsefe bir anlamda, kendi dışında angaje olduğu çatışmayı kendi içinde yeniden üretir.
13 notes · See All

“But since you asked about God, about becoming a Marxist, I believe that He is the force behind social change and revolution. In other words, the force of love. And that is the Biblical concept of God. In the Bible you have the promised land, where there will be no social injustice, where there will be no poverty, where the earth will be divided equally among all the tribes. And since that didn’t happen, because there began to be repression and exploitation, kings and lords, rich people and therefore also dispossessed and poor people, then the prophets appeared to denounce all that, and announce a kingdom of justice, a perfect kingdom, in which there would no longer be any exploiters on earth. Christ came to tell us that that kingdom begins with him, and that is what Marx called perfect communism.”
— Ernesto Cardenal

“The future of the Church depends on the number and the courage of those Christians who, day by day, are developing an awareness of the necessity of the struggle and joining the ranks of the world proletariat. It also depends on the concrete reduction, by these same men, of their own religious alienation. The Church will live thanks to those who, through struggle and in struggle, are once again discovering that the Word was born among men and dwelt among them – and who are already preparing a humane place for it amongst men.”
— Louis Althusser, A Matter of Fact

18 notes · See All

All of the readings of Marx’s value theory so far discussed have in common a misplaced concreteness, in that they understand that theory as a relation between certain already determined, ‘given’, independent variables located in the process of production, and certain to-be-determined, dependent variables located in the process of circulation. … It is simply taken for granted that any theory requires separable determining factors, discretely distinct from what they are supposed to determine. … Althusser’s ‘structural causality’ does not break with that view; it merely puts the independent variables one stage back, behind the ‘structure’. …

Diane Elson, The Value Theory of Labour

11 notes · See All

Jean-François Lyotard.

Gary A. Olson, Resisting a Discourse of Mastery: A Conversation with Jean-François Lyotard (1995).

I remember in the sixties when structuralist ideology was dominant in France and elsewhere I resisted this way of thinking. It was with a sort of pride (or arrogance) on my part to observe that finally a book like Discours, figure [1971] — which was completely ignored at the time because it was explicitly against structuralism, not only in terms of linguistic structuralism but even Lacanian structuralism because at that time the Lacanian reading of Freud was similar to Althusser on Marxism - has gained acceptance. I was against this way of thinking, and I am pleased that now readers have discovered this book. I was waiting thirty years — no problem.
7 notes · See All

Reading Althusser and knowing… anything about Althusser makes me really skeptical of his contributions. Like, hmmmm, I wonder if a man who went on to kill his wife writing about how morality is ‘empty’ and ‘blank’ rings any red flags.

8 notes · See All
Louis Althusser
Volevo non solo distruggere me stesso fisicamente, ma spazzare via ogni traccia del mio tempo sulla terra: in particolare, distruggere ciascuno dei miei libri e tutti i miei appunti, e bruciare l'École Normale, e anche, se possibile, uccidere Hélène stessa, mentre ancora potevo.
3 notes · See All
louis althusser - gelecek uzun sürer
insan fikri tüm burjuva ideolojisinin temelidir, bütün klasik ekonomi politiğin özüdür. ‘insan’ burjuva ideolojisinin uydurduğu bir mit’tir.
6 notes · See All
Louis Althusser, L’avenir dure longtemps, Flammarion, 2013
J’avertis : ce qui suit n’est ni journal, ni mémoires, ni autobiographie. Sacrifiant tout le reste, j’ai seulement voulu retentir l’impact des affects émotifs qui ont marqué mon existence et lui ont donné sa forme : celle où je me reconnais et où je pense l’on pourra me reconnaître.
Ce relevé suit parfois l’ordre du temps, tantôt l’anticipe et tantôt le rappelle en mémoire : non pour confondre les moments, mais au contraire pour faire ressortir au travers de la rencontre des temps ce qui constitue durablement les affinités maîtresses et distinctes des affects autour desquels je me suis pour ainsi dire constitué.
4 notes · See All
Louis Althusser, L’avenir dure longtemps, Champs/essais, Flammarion, 2013
Tout le temps qu’il est interné, le malade mental, sauf s’il parvient à se tuer, continue évidemment de vivre, mais dans l’isolement et le silence de l’asile. Sous sa pierre tombale, il est comme mort pour ceux qui ne le visitent pas, mais qui le visite ? Mais comme il n’est pas réellement mort, comme on n’a pas, s’il est connu, annoncé sa mort (la mort des inconnus ne compte pas), il devient lentement comme une sorte de mort-vivant, ou plutôt, ni mort ni vivant, et ne pouvant donner signe de vie, sauf à des proches ou à ceux qui se soucient de lui (cas rarissime, combien d’internés ne reçoivent pratiquement jamais de visites – je l’ai constaté de mes yeux à Sainte-Anne et ailleurs !), ne pouvant de surcroît s’exprimer publiquement au-dehors, il figure en fait, je risque le terme, sous le sinistre bilan de toutes les guerres et de toutes les catastrophes du monde : le bilan des disparus.
Si je parle de cette étrange condition, c’est que je l’ai vécue et d’une certaine manière la vis encore aujourd’hui. Même libéré depuis deux ans de l’internement psychiatrique, je suis, pour une opinion qui connaît mon nom, un disparu. Ni mort ni vivant, non encore enterré mais « sans œuvre » – le magnifique mot de Foucault pour désigner la folie – : disparu.
5 notes · See All
Louis Althusser, Marxism and Humanism
This is perfectly clear in the case of a class society. The ruling ideology is then the ideology of the ruling class. But the ruling class does not maintain with the ruling ideology, which is its own ideology, an external and lucid relation of pure utility and cunning.
When, during the eighteenth century, the ‘rising class’, the bourgeoisie, developed a humanist ideology of equality, freedom and reason, it gave its own demands the form of universality, since it hoped thereby to enroll at its side, by their education to this end, the very men it would liberate only for their exploitation.
13 notes · See All
Louis Althusser, Marxism and Humanism
Strictly in respect to theory, therefore, one can and must speak openly of Marx’s theoretical anti-humanism, and see in this theoretical anti-humanism the absolute (negative) precondition of the (positive) knowledge of the human world itself, and of its practical transformation. It is impossible to know anything about men except on the absolute precondition that the philosophical (theoretical) myth of man is reduced to ashes.
10 notes · See All
Initiation à la philosophie pour les non-philosophes, Louis Althusser (1980)

Vint un temps où un nouveau type de savoir surgit dans l'histoire : le savoir scientifique. Il présentait de sérieux dangers pour l'ordre établi, puisqu'il donnait aux hommes la preuve que la connaissance « absolue » des choses pouvait leur venir de leur propre pratique scientifique, et non de la révélation divine : l'ordre des pouvoirs, où le savoir religieux tenait à la puissance politique, pouvait en être ébranlé. Il fallait répliquer à cette menace matérialiste qui portait atteinte aux pouvoirs établis, aux hommes munis de ce pouvoir, et à la soumission acquise de leurs exploités. Il fallait s'emparer de la nouvelle pratique et de sa puissance, et la faire rentrer dans l'ordre établi. Mais pour ce faire, il fallait d'autres hommes que les religieux pour restaurer l'ordre menacé, d'autres ajusteurs pour mettre bout à bout les anciennes pièces et les nouvelles, et remettre en marche la machine rénovée -mais, en gros, la même machine. Ces hommes-là ne pouvaient être que des hommes capables de maîtriser la nouvelle pratique scientifique : des hommes rompus aux mathématiques.

C'est de cette rupture et la conjoncture politique où elle eut lieu qu'est née la philosophie. Par sa fonction, elle ne faisait que prendre la suite de la religion dans son rôle d'unificatrice des idéologies en idéologie dominante. Mais par son contenu, elle devait se soumettre les éléments nouveaux apportés au monde des hommes par la nouvelle pratique.

Or, qu'apportait aux hommes la science mathématique ? Cette révélation : que pour atteindre un savoir démontré, il faut raisonner sur des objets purs et abstraits, et par des méthodes pures et abstraites. Qui ne prenait pas en compte cette nouveauté était, ou pouvait être voué à se trouver, dépassé par une idéologie issue de la pratique mathématique. Il fallait donc consentir cette concession prodigieuse d'adopter les principes de la démonstration mathématique, et de les faire servir aux objectifs idéologiques des classes dominantes, pour ne pas s'exposer à se voir tourné sur sa gauche. Qu'à cela ne tienne. L'expérience pouvait être tentée et être concluante : en témoigne l'oeuvre de Platon.

Platon, qui écrit au fronton de son Ecole : « que nul n'entre ici s'il n'est géomètre » mais qui, en même temps -et cela est révélateur- soumet dans son système les mathématiques, rabaissés au second rang, à la philosophie elle-même, et en dernière instance à la politique. Chaque paysan le sait : il suffit de mettre la main sur un chien dangereux, de le dresser, et il vous obéira, pour monter la garde au seuil de la maison. Domestiquer son adversaire en lui volant son langage : voilà tout le secret de la lutte idéologique, même quand elle prend, pour des raisons historiques données, la forme de la lutte philosophique.
La question de savoir si Platon fut ou non le fondateur de la philosophie est une question qui risque de ne jamais trouver de réponse. Car Platon fut précédé par d'autres hommes, par exemple Parménide, qui tenaient compte, dans leur manière de raisonner, de l'existence des mathématiques. Mais Parménide, comme Platon, était idéaliste, et il semble commode d'imaginer, l'idéologie dominante étant en cause, et étant, puisque idéologie de la classe dominante, nécessairement idéaliste, que la philosophie a commencé par l'idéalisme, qui aurait été ainsi un gigantesque aggiornamento idéaliste pour répondre au surgissement des mathématiques.

Pourtant, il n'est pas sûr que les choses se soient passées de la sorte. Car on trouve dans les œuvres de Platon une sorte de fantôme, celui du matérialisme de Démocrite, dont les quatre-vingts traités (œuvre gigantesque !) ont été détruits, et dans des circonstances étranges, qui laissent penser à une destruction volontaire en un temps où il était difficile de multiplier les exemplaires d'une œuvre.
Il se peut donc que la philosophie ait commencé avec Démocrite, c'est à dire par le matérialisme, qui aurait ainsi exprimé philosophiquement et positivement, sans restriction théorique, les valeurs portées par la conjonction de son temps et de la découverte de la science mathématique. Et ce serait contre cette menace, déjà philosophique, déjà commentée en termes philosophiques, que Platon aurait construit sa machine de guerre, explicitement dirigée contre « Les Amis de la Terre », où l'on peut aisément reconnaître les adeptes de Démocrite. Quoi qu'il en soit, et nous voyons ici sur le vif un exemple du choix implacable qu'opère l'idéologie dominante, ce n'est pas Démocrite qui est resté, mais Platon, et, avec lui, la philosophie idéaliste a dominé toute l'histoire des sociétés de classes, refoulant ou détruisant la philosophie matérialiste (ce n'est pas un hasard si nous n'avons que des fragments d'Epicure, le maudit).

0 notes · See All
Next Page